Les liaisons urbaines

Sans refonte totale du « plan de circulation » de Pontarlier et son extension à la Communauté de communes, que nous proposerons de définir comme Autorité Organisatrice des Mobilités (AOM, ex-Autorité Organisatrice des Transports) il n’est pas envisageable de se fixer des objectifs ambitieux. Il s’agit de redéfinir, dans le cadre d’un Plan de Déplacements Urbains (PDU – voir « annexe » ci-dessous ) les places des différents modes de déplacements : piétonniers, cyclables et autres modes doux, collectifs et véhicules individuels et d’inverser certaines logiques. Aujourd’hui, on installe des voies cyclables lorsqu’elles ne gênent pas  la circulation automobile. Il faut donner la priorité aux « modes doux », avant d’envisager l’usage de la voiture individuelle. Un plan des voies cyclables sera établi et sa réalisation prioritaire. La gratuité du stationnement au centre-ville, revendiquée comme « marqueur politique », conduit à la congestion de la circulation, au stationnement « sauvage », notamment les vendredis et samedis. Au final, cela va à l’inverse des objectifs annoncés de favoriser l’accès au centre-ville, puisqu’il est plus facile de se garer à la périphérie qu’en ville !
Comme pour les transports régionaux, la solution passe par des transports collectifs, plus fréquents, cadencés aux heures de pointe, et dont il faudra étudier la possible gratuité. L’exploitation en régie directe par la collectivité permettra son adaptation permanente aux besoins actuels des voyageurs.

Nous chercherons à réduire les besoins de déplacement. On sait que de nombreuses personnes travaillant à Pontarlier rentrent chez elles le midi pour déjeuner, même si elles habitent à 10 ou 20 km ! La question du déplacement est ici liée à celle de la restauration collective pour laquelle nous ferons prochainement des propositions. Une redynamisation du centre-ville, avec un commerce d’alimentation de type superette et une densification de la population est aussi de nature à réduire les besoins de déplacements automobiles vers la périphérie.

Enfin, nous aurons à désenclaver certains quartiers, et notamment celui du « Stand – Chapelle – Charpillot ». On sait que les négociations avec la SNCF ne sont pas simples, et pourtant il faudra bien obtenir de doubler le pont de la route des Granges par une voie piétonne et PMR, ainsi que par une voie cyclable. Réussir un élargissement du Pont Saint-Claude serait sans doute un exploit … mais qui ne tente rien …. !

Retour au sommaire du dossier « Se déplacer »

Ce contenu a été publié dans Le projet. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *